La grande question avec le vin bleu est-il naturel ou pas ?

Il est en tout cas devenue le produit qu’il faut avoir sur ça table ou prêt de la piscine. C’est vrai que cette couleur bleu a tendance a pousser notre curiosité au maximum.

Mais cette couleur bleu a aussi le pouvoir de nous faire douté. Le vin bleu est -il chimique. De nombreux chercheurs, et scientifiques se montrent critiques et septique sur la faisabilité d’une telle couleur.

Des colorants dans le vin bleu !

Certains vin bleu ne le cache pas nous pouvons lire sur la contre étiquette le nom du colorants colorant alimentaire E132 (carmin d’indigo, aussi appelé indigotine).. mais pour d’autre vin c’est un peu plus subtile.

Sans l’utilisation de colorant, il n’y aurai que deux méthodes possible pour la fabrications du produit en question.

  •  Soit le producteur y ajoute un colorant bleu, non indiqué sur l’étiquette.
  • Soit son pH est augmenté pour augmenter les pigments bleus, une technique d’acidification assez complexe appliqué .

Le vin bleu est-il du vin?

C’est aussi une question que nous sommes en droit de nous posé !

Légalement non, c’est une boisson alcoolisée à base de vin.

Il faut aussi savoir que le bleu ne fait pas partie des couleurs définies par la lois régissant les produits alimentaires. Ensuite, les colorants bleus ne font pas partie des additifs autorisés pour les vins. On ne peut donc pas écrire « vin bleu » sur l’étiquette.

Comment fait-on du vin bleu?

Les producteurs de vin bleu nous dévoile leurs méthodes. Elle semble très simple. C’est de la production de vin auxquelles ils ajoutent un (ou plusieurs) colorant bleu.

Une autre méthode expliqué consiste à utiliser du Chardonnay blanc a et le faire macéré dans des peaux de raisins noirs, d’où il tire ses pigments bleus.

Résultat d’une dégustation de vin bleu.

C’est un vin fruité et légèrement sucrée. Il y a de la cerise, des fruits de la passion, de la mûre. Un produit léger en alcool, plutôt festif et simple qui va plaire à tout le monde au moment de l’apéro.

Pour Rafael del Rey, directeur général de l’Observatoire espagnol du marché du vin, ce vin bleu bouscule un secteur « conservateur, avec des consommateurs conservateurs et des producteurs conservateurs ».

Le vin en général séduit moins « les jeunes et les femmes » et moins les gens urbains, souligne-t-il. Ces derniers ont un « mode de vie différent en termes d’horaires, moins de temps pour les repas, ont besoin de produits plus légers, allant vers des saveurs un peu plus sucrées. (…)

Beaucoup d’entre eux n’ont pas trouvé un vin qui les attire », poursuit-il. Ce qui a permis l’émergence de produits comme le vin bleu, ou, dans une autre veine, du vin peu alcoolisé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *